L’été n’est pas forcément synonyme de bronzette, plongeons et cocktails en terrasse pour tout le monde. Malheureusement, un certain pourcentage de la population, redoute cette saison, et préfère largement les froids mois de Décembre et de Janvier. La lucite estivale et d’autres allergies liées au soleil rendent compliqué le quotidien de plus en plus de personne. Alors quelles sont les différentes sortent de pathologies, quelles sont les causes ? Comment les prévenir, et comment les traiter ?

Sommaire

Définition de la lucite

Pour faire simple, la lucite estivale est souvent qualifiée d’allergie au soleil. Ce sont des petits boutons qui forment des plaques rouges au niveau du décolleté et des bras, qui grattent l’individu atteint lorsqu’il commence à s’exposer au soleil. Ce sont d’ailleurs le plus souvent des femmes qui en souffre. Heureusement, plus la peau commence à bronzer, plus ce phénomène disparaît ou du moins, s’atténue. En réalité,ça peut être un peu plus complexe car il existe différentes sorte de lucite.

Les différents types de lucite

La lucite estivale bénigne

Celle-ci se traduit par de petits boutons après les premières expositions comme expliqué plus haut, mais elle passe seule, n’est pas douloureuse et touche généralement les femmes âgées de 24 ans.

La lucite polymorphe

Celle ci est bien plus grave puisqu’elle peut également toucher le visage, le dos des mains et les oreilles. Les boutons sont plus en relief et peuvent ressembler à de l’eczéma. Malheureusement ici, ils persistent même une fois que la peau est bronzée et même en hiver, elle peut même s’aggraver au fil des années.

La photofermatose printanière juvénile

Ce sont plutôt les jeunes garçons touchés par cette maladie. Avec le soleil, des petits boutons apparaissent sur leurs oreilles, mais disparaissent quelques jours plus tard. C’est assez rare mais il n’y a pas de quoi s’inquiéter, la maladie disparaît en quelques années.

L’urticaire solaire

Enfin, pour cette dernière sorte de lucite, ça n’est pas le soleil le déclencheur, mais carrément la lumière. Les boutons semblables à ceux provoqués par les orties arrivent très vite mais s’estompent aussitôt l’individu n’est plus « éclairé ». Malheureusement, cette infection peut se prolonger dans le temps.

Les causes de la lucite estivale

Comme expliqué ci-dessus c’est le soleil qui est en majeur partie responsable de différentes sortes de lucites, bénignes, ou plus graves, plus précisément, les rayons ultraviolets de celui-ci.

Mais tout autre source de lumière peut l’être également en cas d’urticaire solaire sévère. Mais attention, une exposition indirecte peut avoir les mêmes conséquences selon la sensibilité de la personne : à travers une fenêtre, une vitre de voiture…

Cependant, chez les patients, des expertisent complémentaires doivent parfois êtres menées pour correctement cibler la cause, car parfois d’autres facteurs entrent en jeu comme la prise de médicament, l’application de certains produits comme du parfum ou autres crèmes…

Les symptômes de la lucite

Ceux-ci dépendent du type de lucite mais ils sont toujours liés à la peau. Ce ne sont jamais des maux de tête, de ventre, des vomissement ou autres symptômes de ce type là.
Mais les boutons qui apparaissent peuvent être à différents endroits et adopter différentes formes. C’est d’ailleurs ainsi que les spécialistes procèdent. Ils éclairent une partie de votre corps avec des petits quantité d’ultraviolets afin d’étudier la réaction et de pourvoir établir un diagnostic de votre cas.

Prévention de la lucite

Comme on dit, mieux vaut prévenir que guérir. Contre les allergies au soleil, il y a différents moyens de se protéger.

Se protéger du soleil

C’est naturellement le premier point. L’idéal est vraiment de ne pas s’y exposer et également de porter une tenue adaptée : des vêtement couvrants, un chapeau à bords larges, des lunettes de soleil… également, recouvrez-vous de crème solaire à haute protection (SPF 50+, c’est l’idéal), et surtout, renouvelez l’application 3 ou même 4 fois par jour, c’est jamais trop ! Enfin, restez méfiants des ciel nuageux ou des parasols qui donnent l’impression d’être protégé ou à l’abri, alors que pas vraiment…

Les caroténoïdes, les acides para amino-Benzoïque, les antipaludées de synthèse, les antihistaminiques

Tous ces noms un peu barbares sont à retenir avec précaution, et surtout ne pas prendre une décision sans consulter au préalable un médecin. En effet, certains médicaments seront efficaces pour une personne, mais inutiles pour d’autres. certains préviennent, d’autres apaisent ou guérissent. Ils ne doivent pas être pris de la même manière, ni à la même fréquence. Bref, de nombreux recours médicamenteux existent mais doivent impérativement être prescrits suite au diagnostic d’un spécialiste.

Traitement

Si vous avez appliqué ces règles mais qu’elles n’ont malheureusement pas suffit, ou alors que vous ne vous êtes tout simplement pas protégé, place aux traitements ! Le but est avant tout d’apaiser la peau et d’atténuer les rougeurs, boutons et démangeaisons.

Si l’allergie au soleil est légère, elle s’estompera seule, mais autant lui donner un coup de main avec un après-soleil , un gel apaisant, ou une crème réparatrice de qualité que vous appliquerez après une doucher bien fraîche.

Les produits à base d’Aloe vera (en grande quantité), peuvent également être une bonne alternative naturelle. Pas étonnant puisque cette plante a multiples vertus, en usage interne, comme externe, elle va entre autres, apaiser et réparer la peau.

Si vous avez besoin d’un produit plus intense, alors les crèmes à bas de cortisones seront vos meilleures amies. Elles permettent clairement de soulager les démangeaisons ainsi que l’intensité de l’éruption. Suivant leur dosage, elles peuvent être directement achetées en pharmacie ou alors prescrites par un dermatologue.
Enfin, pour un médicament encore plus efficace, les antihistaminiques sont redoutables (Aerius, Wyzall, kestin…) Ils vont immédiatement avoir un effet sur vos démangeaisons.

Mon huile de soin

Dans un flacon de 30 ml :
30 ml d’huile végétale de rose musquée
15 gouttes d’huile essentielle de géranium rosat
Ajoutez ces huiles dans un flacon ambré, puis agitez pour bien mélanger.

Petit rappel : avant d’utiliser une huile essentielle, faire un test allergique dans le creux du coude 48h avant utilisation. Découvrez toutes les précautions d’utilisation des huiles essentielles.

Pourquoi ces huiles ?

L’huile végétale de rose musquée est riche en oméga 6 et en caroténoïdes, elle apporte une grande nutrition à la peau et l’adoucie, tout en prévenant les allergies cutanées. L’huile essentielle de géranium rosat est anti-inflammatoire, anti-infectieuse et cicatrisante, elle renforce donc la protection de la l’épiderme, et aide à lutter contre les problèmes de peau.

1 mois avant les premiers rayons du soleil, on applique sur les zones à risque (les mains pour moi), une fois par jour. Je l’applique le soir, pour que l’huile ai le temps d’agir toute la nuit.

Dans tous les cas, essayez de ne pas vous gratter et de ne pas trop toucher la peau. Et bien entendu, ne retournez pas immédiatement dehors. Si les rougeurs ou les boutons persistent, ne vous improvisez pas médecin et n’hésitez pas trop longtemps à aller consulter un spécialiste. Il serait dommage de gâcher vos vacances !

2 Comments

  1. Hello 🙂

    Je souffre de cette lucite estivale depuis quelques années mais je viens juste de le découvrir en aillant des plaques sur mes mains juste après la semaine de soleil qu’on a eu en fevrier… Avant c’était un peu flou, je pensais que c’était peut être le stress ou autre mais là j’ai bien compris que c’était une allergie au soleil en cherchant bien sûr internet en plus de mes symptômes évidents.

    Je n’ai jamais été voir de dermatologue pour l’instant. Je n’ai jamais rien fait non plus excepté mettre de la crème solaire.

    Je suis tombée sur ton article, commençant à me renseigner puisque l’année prochaine je pars vivre en Australie et je suis un peu inquiète quant à mon allergie.
    Je ne suis pas très pro médicaments et du coup ton utilisation des huiles essentielles pourrait peut être être une solution !

    J’ai juste quelques petites questions :
    As tu toi été voir un dermatologue et qu’est ce qu’il t’a dit pour le traitement aux huiles ?
    Combines tu tout cela avec des crèmes solaires ?
    As tu encore beaucoup de boutons en utilisant tout ça ?

    Voilà, j’espère que tu auras le temps de répondre et merci pour ton article 🙂

    • Little Idea Reply

      Salut Louise ! Alors pour répondre à tes questions.
      As tu toi été voir un dermatologue et qu’est ce qu’il t’a dit pour le traitement aux huiles ?
      J’ai consulté une sophrologue, pas une dermato qui m’a recommandé d’utiliser de Huile essentielle d’argousier.

      Combines tu tout cela avec des crèmes solaires ?
      Oui mais des crèmes solaires bio de chez Aroma Zone. Cela se combine bien avec des produits naturels.

      As tu encore beaucoup de boutons en utilisant tout ça ?
      Il y a du mieux mais j’an ai toujours un peu. Je ne sais pas si on pourra trouver un remède miracle.

Write A Comment